Jean Georges Massart

Le bambou, le sureau et l’osier sont les matériaux de prédilection de cet amoureux de la nature qui intervient parcimonieusement dans l’espace, avec prudence et discrétion, soucieux qu’il est de faire coïncider ses interventions sculpturales, souples et légères, avec le lieu qu’elles investissent de leurs formes fragiles et l’espace dont elles modifient sensiblement la perception, en filigrane – le temps d’un instant, celui d’imprégner l’œil du spectateur, dans la rétine duquel elles se posent comme une plume...Francois de Coninck (extrait)